Comme une grande...

a.k.a. des sériies avec deux i

07 septembre 2011

The Friendship Word

Je vous ai déjà parler d'elles. De ces amies qui m'ont hébergée pendant quelques mois. Cela fait maintenant huit ans que nous nous connaissons, et nous avons beaucoup partagé. Bizarrement, les séries n'ont jamais vraiment fait partie de ces échanges. L'une ne s'intéresse principalement qu'aux séries lesbiennes et l'autre... Commemt dire ? Nos goûts divergent un peu. J'ai déjà parlé de sa "passion" pour Plus Belle La Vie ou pour Le Destin de Lisa, je n'y reviens donc pas. Ça prouve cependant notre différence en la matière.

Mais connaissant ma sériephilie, la première m'a demandé quelques conseils en la matière. J'avoue avoir été surprise. Comme dit plus haut, elle ne s'intéresse principalement qu'aux shows avec des morceaux de lesbiennes dedans et je dois admettre que je ne suis pas du tout une spécialiste dans ce domaine. De plus, je me souviens qu'on avait eu une discussion à ce sujet et que je lui avais dit que c'était dommage de ne se limiter qu'à ça et qu'elle ratait sûrement de bonnes séries à cause de ce "sectarisme". Ce à quoi elle m'avait répondu qu'aujourd'hui, il y avait presque toujours une lesbienne dans les séries et qu'elle ne ratait donc pas beaucoup de séries, en fin de compte. Je reste convaincue que c'est dommage de ne regarder une série que pour cette raison, mais si en même temps elle y trouve son compte et qu'elle fait sa dose de découvertes, pourquoi pas ? (Et comme elle le dit fort à propos, je ne peux pas comprendre le besoin qu'elle éprouve de regarder ces séries.)

Donc, elle me demande conseil. J'aurais pu lui parler de Once & Again. Puis, je me souviens qu'elle a vu la saison 3 en raison de ce que dit plus haut (oui, seulement la saison 3, parce que le reste ne l'intéresse pas. Bref.) Et puis, je me dis que je vais tenter le coup, allez. Un peu en désespoir de cause, je lui parle de The No.1 Ladies' Detective Agency. Jamais entendu parler. Je lui vante les mérites de la série et oh ! le hasard fait bien les choses, arte la diffuse à partir de la semaine prochaine ! Elle n'a pas l'air convaincue, mais j'ai fait mon devoir de contagion et advienne que pourra.

Quelques semaines passent. Ce week-end, je le passais justement avec ces amies. Par-dessus le barbecue, je leur demande ce qu'elles ont cagoulé comme films ou séries ces derniers temps. Bon, je serais incapable de vous les citer, mais bien entendu, ça causait lesbiennité/lesbiannité (c'est quoi le mot, au fait ?) à fond. M'ont même parler d'une série québécoise sur le sujet, comme quoi, elles ne se limitent pas qu'aux endroits habituels. Et puis, soudain, vraiment, je ne m'y attendais pas : "Ah, au fait, on a regardé le truc sur la détective, là, sur arte..." La brochette en suspens, le coeur battant, je m'enquiers de ce qu'elles en ont pensé. Original. Drôle. Beau. Émouvant, aussi. Tout y est passé. Timidement, je leur fait remarquer qu'il n'y a pas de lesbienne dedans. C'est pas grave, c'est bien quand même. Mais elles ont raté les derniers épisodes, je peux leur raconter ? Oh que oui, je peux !

Alors oui, l'une regardera toujours son soap marseillais. L'autre se limitera souvent à un domaine particulier. Mais l'espace de quelques jeudis d'août, elles ont fait la connaissance de Mma Ramotswe, ce qui n'était pas gagné d'avance.

Et moi, de mon côté, j'ai éprouvé un peu de fierté. Et ça non plus, ce n'était pas gagné.


Commentaires sur The Friendship Word

Nouveau commentaire